RÉZO lance une campagne de communication et de sensibilisation sur la violence entre hommes. Intitulée « Entre nous, c’est pas toujours gai. », elle se décline en trois affiches. Plus d’informations : rezosante.org/violence.

Montréal, le 30 mai 2019 – « Entre nous, c’est pas toujours gai. » Possessivité maladive, insultes homophobes, contrôle économique, chantage émotif… Dans sa toute nouvelle campagne, lancée aujourd’hui sur internet et sur les réseaux sociaux, RÉZO dénonce toutes les formes de violence dans les relations amoureuses et intimes entre hommes (VRAIH) gais et bisexuels, cis et trans (GBT). Conçue en collaboration avec l’agence Upperkut, la campagne de sensibilisation, soutenue par le gouvernement du Québec, vise à ouvrir une discussion sur les violences vécues entre hommes, un sujet à la fois banalisé et tabou.

Selon un rapport de Statistique Canada publié en mars dernier1, entre 2009 et 2017, 82% des cas de violence conjugale dans les couples hétérosexuels ont été déclarés par des femmes à la police. Dans les couples de même sexe, ce sont les hommes qui constituent la majorité des victimes avec 55% des déclarations. De plus, les hommes ne déclarent pas, ou très peu, les violences qu’ils subissent. Ce chiffre n’est donc qu’une représentation partielle de la réalité. « L’un des principaux enjeux qu’on rencontre lors de nos interventions, c’est la banalisation de la violence entre hommes à cause des préjugés. C’est soi-disant normal qu’un homme règle ses problèmes à coups de poing. Alors, quand un homme subit de la violence aux mains de son partenaire, qu’elle soit physique, sexuelle, économique, psychologique, ou même spirituelle, il arrive pas à identifier ce qu’il vit comme étant de la violence. Ce qu’on veut dire aux gars, c’est que ce n’est pas normal de subir ça! », explique Guillaume Tremblay-Gallant, chargé du projet VRAIH chez RÉZO. « Cette campagne s’inscrit dans un continuum de services et d’actions à RÉZO, mettant au premier plan la santé mentale des hommes GBT. Après la campagne Le Consentement sexuel entre hommes? Oui., lancée en février dernier, nous adressons maintenant les violences vécues en contexte intime et offrons de l’intervention aux hommes dans le besoin », ajoute Alexandre Dumont Blais, codirecteur général et porte-parole de l’organisme.

Tout type de violence laisse des traces

Bien que souvent invisible, toute forme de violence est grave, et les hommes de nos communautés sont particulièrement vulnérables, en raison notamment de l’existence de certaines manifestations de la violence qui sont uniques aux populations GBT. RÉZO offre de la formation, des outils de sensibilisation aux différents professionnels de la santé, des ateliers de groupes pour les hommes subissant de la violence, de même que de l’information et du soutien individuel. Pour plus d’informations sur les violences entre hommes et pour voir la campagne : rezosante.org/violence.

À propos de RÉZO

RÉZO est un organisme communautaire sans but lucratif montréalais actif depuis 1991 auprès des hommes gais ou bisexuels, cis ou trans, et autres hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH). RÉZO développe et coordonne des services et activités en lien avec la prévention et la promotion de plusieurs aspects de la santé : sexuelle, mentale, physique et sociale.

Informations : info@rezosante.org
Demandes médias : Alexandre Dumont Blais, 514 521 7778, poste 234

(1) La violence entre partenaires intimes de même sexe, affaires déclarées par la police au Canada, 2009 à 2017. Statistique Canada, (2019).

Tu as l’impression que quelque chose ne va pas dans ta relation?

RÉZO organise une série d’ateliers et un groupe de soutien pour les hommes vivant de la violence dans leurs relations amoureuses et intimes. Pour t’inscrire (ou pour avoir des précisions), contacte nous : info@rezosante.org