Tu te poses des questions la prévention?

Dans cette section, on te parlera des différents aspects de la prévention : les enjeux de risques et de transmissions, et les outils de prévention à ta disposition.

Risques et transmission

On ne t’apprendra rien si on affirme que certains risques physiques sont liés à la sexualité. Bien entendu, on parle du risque de transmission ou de contraction d’infections transmises sexuellement et par le sang. Cela dit, si la plupart des ITSS traitées ne font que peu de dommage au niveau physique, de telles infections viennent bien souvent de pair avec des enjeux plus émotifs : anxiété liée à l’attente des résultats, peur de dévoiler son diagnostic à son partenaire, insécurité lors des prochaines relations sexuelles… Les conséquences des ITSS sont donc loin de n’être que physiques, et c’est une raison de plus pour se protéger.

Tu t’interroges sur les risques de transmission d’ITSS? C’est quelque chose qui te préoccupe? Sache que si les ITSS peuvent se transmettre facilement lors de relations sexuelles non protégées et que selon les chiffres de l’INSPQ, dans 50% des cas, ces infections ne manifestent pas de symptômes. Tu peux donc être porteur d’une infection sans le savoir et risquer de transmettre une ITSS à tes partenaires sans t’en rendre compte.
Côté traitement, la plupart des ITSS se traitent facilement …si elles sont dépistées! Non traitées, elles peuvent en revanche poser des problèmes de santé et ouvrir une porte d’entrée au VIH à cause des lésions qu’elles peuvent provoquer, qui fragilisent les muqueuses. Pour diminuer les risques de transmission, la prévention, le dépistage et, dans certains cas, la vaccination, sont à ta disposition afin de freiner la propagation des maladies causées par les agents microscopiques invisibles (virus, bactéries, parasites). Tu peux par exemple te protéger contre la transmission des hépatites A et B en te faisant vacciner ; le vaccin est très efficace et il protège plus de 99% des personnes qui le reçoivent. Tu peux aussi prendre la PrEP, un traitement préventif qui empêche la transmission du VIH.

Tu souhaites te faire dépister?

RÉZO organise des dépistages communautaires tous les mercredis (à notre local SPOT situé au 1223, rue Amherst, de 12h à 15h et de 16h à 19h) ainsi que les mardis et jeudis (au SIDEP+, situé au 1705, rue de la Visitation de 16h à 19h). C’est sans rendez-vous, gratuit et confidentiel!

Les outils de prévention

Aujourd’hui la prévention ne rime plus uniquement avec condom : il existe en effet plus d’une vingtaine d’outils à ta disposition, avec chacun leur niveau efficacité propre et c’est maintenant la prévention qui se colle à tes pratiques et non le contraire!

Ces outils peuvent être directs ou indirects. Pour les outils directs, on parle des stratégies efficaces contre la transmission du VIH et des autres ITSS (condoms, dépistage, PrEP, PPE, par exemple), et des stratégies à efficacité faible ou incertaine (le séropositionnement, par exemple). Les outils indirects, eux, concernent les conditions externes, comme par exemple les capacités d’accès aux services sociaux ou de santé.

Tu veux en savoir plus sur les différents outils de prévention? Ci-dessous, tu trouveras les différentes stratégies à ta disposition, issues du Projet Mobilise! dont RÉZO est partenaire.

Les stratégies efficaces

Ces stratégies ont été prouvées efficaces pour prévenir la transmission du VIH. Elles peuvent être utilisées seules, mais puisqu’elles ne sont pas infaillibles, il peut être bénéfique de les combiner à d’autres stratégies.

Prendre la PrEP (prophylaxie pré-exposition)
Prendre un traitement antirétroviral (pilules anti-VIH) à tous les jours ou de façon intermittente (avant et après une relation sexuelle) afin de prévenir l’acquisition du VIH chez une personne séronégative.

Utiliser une barrière physique (condom, digue dentaire, gant) et du lubrifiant lors d’un contact sexuel
Utiliser une barrière physique (condom, digue dentaire, gant) lors d’une relation orale, vaginale/frontale ou anale, d’un rimming ou d’un fisting en l’accompagnant d’un lubrifiant approprié.

Adapter mes pratiques sexuelles à la charge virale des partenaires séropositifs impliqués
Adapter les stratégies de prévention normalement mises en place lorsqu’un partenaire séropositif a une charge virale indétectable (moins de 40 copies par millilitre de sang).

Prendre mon traitement antirétroviral (personne séropositive)
Prendre un traitement antirétroviral (pilules anti-VIH) de façon régulière et adéquate dès que possible après un diagnostic du VIH, diminuant ainsi la charge virale.

Prendre la PPE (prophylaxie post-exposition)
Débuter un traitement antirétroviral (pilules anti-VIH) dans les 72 heures suivant une exposition potentielle au VIH afin de prévenir son acquisition chez une personne séronégative.

Combiner ma stratégie biomédicale avec celle de mes partenaires (biomed-matching)
Adapter les stratégies de prévention normalement mises en place lorsque tous les partenaires impliqués utilisent une stratégie biomédicale complémentaire (PrEP et/ou charge virale indétectable).

Les stratégies à efficacité faible ou incertaine

Ces stratégies présentent une efficacité faible ou encore incertaine, et sont souvent dépendantes d’une diversité de facteurs. Il est recommandé de les combiner avec d’autres stratégies.

Faire du sérotriage
Limiter toutes ou certaines activités sexuelles uniquement aux partenaires qui ont le même statut sérologique que soi.

Faire du séropositionnement
Choisir d’être top ou bottom en fonction de mon statut sérologique et de celui de mon partenaire, en se basant sur la notion que la position de bottom expose à plus de risques que celle du top.

Établir une entente avec mon partenaire régulier (sécurité négociée)
Adapter les stratégies de prévention normalement mises en place suite à un dépistage de chacun des partenaires, accompagné d’une entente sur la sexualité et les stratégies de prévention à mettre en place à l’extérieur de la relation.

Pratiquer le retrait avant l’éjaculation
Retirer le pénis de la bouche, du vagin ou de l’anus avant d’éjaculer.

Adopter des pratiques sexuelles à faible risque
Choisir de pratiquer des activités sexuelles comportant de plus faibles risques de transmission du VIH dans les situations où ce risque est inconnu ou élevé.

Réduire mon nombre de partenaires sexuels
Choisir de limiter son nombre de partenaires sexuels.

Éviter d’avoir des relations sexuelles
Choisir de ne pas avoir de contacts sexuels à court ou long terme quand les conditions pour réduire ses risques ne sont pas optimales.

Les conditions favorables à la santé sexuelle

Modifier ma consommation de substances
Modifier sa consommation de drogues et d’alcool avant ou pendant les relations sexuelles afin d’avoir un meilleur contrôle sur ses stratégies de prévention.

Me faire dépister régulièrement pour le VIH
Effectuer de façon régulière un test sanguin permettant de détecter si une personne est infectée par le VIH.

Me faire dépister régulièrement pour les ITSS
Effectuer de façon régulière un test ou un examen médical permettant de détecter l’infection par une ITSS et d’amorcer le traitement approprié.

Communiquer avec mes partenaires de façon proactive
Discuter avec ses partenaires de son statut sérologique ou des stratégies à mettre en place avant d’entamer un contact sexuel.

Être circoncis
Avoir subi l’ablation du prépuce.

Aviser mes partenaires en cas d’ITSS
Informer ses partenaires sexuels d’une infection par une ITSS ou par le VIH avant un contact sexuel ou à la suite d’un diagnostic.

Utiliser des services sociaux et de santé
Recourir à différents services sociaux, de santé et communautaires afin d’obtenir du soutien pour améliorer sa santé sexuelle.

Militer pour l’amélioration de l’accès aux services
Militer pour améliorer l’accès aux services de santé en termes de transparence, d’acceptabilité, de disponibilité, de couts et de coordination entre les services.

Militer pour l’amélioration des lois et politiques
Militer pour l’instauration de lois et politiques permettant d’améliorer les conditions qui influencent la vulnérabilité au VIH.

Les stratégies non disponibles au Canada ou en développement

Utiliser l’autotest du VIH
Utiliser un test sanguin ou salivaire auto-administré qui permet de détecter si une personne est infectée par le VIH (non disponible au Canada).

Utiliser les microbicides
Insérer un produit (gel, anneau vaginal) qui contient des médicaments offrant une protection contre le VIH dans le vagin ou le rectum avant une pénétration (toujours en développement).

Me faire vacciner contre le VIH
Recevoir un vaccin pouvant réduire le risque de contracter le VIH (toujours en développement).

Questions fréquentes

Comment informer mes partenaires que j’ai une ITSS?
Tu peux utiliser ce service du Portail VIH, qui permet de notifier ses partenaires de façon anonyme et gratuite. Si tu souhaites lui dire en personne et que tu hésites sur la façon se faire, n’hésite pas à nous contacter! Nos intervenant·e·s sauront t’aider dans ta démarche.

Comment fonctionne la PrEP?
La PrEP consiste à prendre des antirétroviraux, quotidiennement ou à la demande, afin de réduire le risque d’infection pour les personnes séronégatives lors d’une potentielle exposition au virus Ce médicament est également prescrit aux personnes vivant avec le VIH mais la toxicité est moins importante que lors d’une trithérapie. Si tu te questionnes sur cette stratégie de prévention, n’hésite pas et contacte-nous. Nos intervenant·e·s sauront répondre à tes interrogations !

Qu’est-ce que ça veut dire « être indétectable »?
On utilise le terme « indétectable » lorsque la quantité de virus du VIH présent dans le sang (la charge virale) est très faible, c’est-à-dire de 20 ou 30 copies de virus par millilitre de sang. Une personne indétectable ne peut pas transmettre le VIH.

D’autres questions?

Autres ressources

• Notifie tes partenaires simplement avec cet outil du Portail VIH